Le CO2 – la nouvelle monnaie de la politique énergétique et climatique Suisse

Lorsqu’il s’agit de quantifier les effets du changement climatique, l’émission de gaz à effet de serre ou de dioxyde de carbone (CO2) est le paramètre pertinent. Cela permet de mesurer nos actions quotidiennes en termes de logement, de travail, de consommation, de mobilité, etc. et nous fournit un système de surveillance relativement simple.

Que désigne-t-on exactement par effet de serre?

L’effet de serre est un processus naturel qui détermine de manière significative la température sur notre planète et qui a été relativement constant pendant de nombreux siècles. Cependant, depuis l’industrialisation, la présence de gaz à effet de serre persistants et d’origine humaine a augmenté de façon dramatique, entraînant une élévation indésirable de la température. Cela a de graves conséquences pour notre vie sur la planète bleue. Les gaz à effet de serre les plus connus sont le dioxyde de carbone (CO₂), le méthane et le protoxyde d’azote; pour simplifier, tous les gaz sont uniformément additionnés en équivalent CO2. Un vol pour New York, la production d’une tonne de ciment ou la production de 100 kg de viande des Grisons entraînent donc une certaine quantité en équivalent CO2.

La politique climatique correspond à la politique énergétique

L’énergie est le facteur déterminant dans le débat sur la limitation des effets négatifs du changement climatique. La production de biens, la prestation de services (par exemple le commerce de crypto-monnaies), ainsi que la mobilité: tout cela nécessite de l’énergie (renouvelable). Même la production d’électricité à partir de panneaux photovoltaïques ou la production d’hydrogène consomme de l’énergie grise. L’utilisation efficace et économique de l’énergie est donc une priorité absolue et nous pouvons tou.te.s y contribuer chaque jour.

 

La Suisse se transforme de plus en plus en pays électrique

Au cours des prochaines années, les systèmes de chauffage au fuel et au gaz des bâtiments auront disparu. Dans de nombreux cas, ils seront remplacés par des pompes à chaleur électriques. Par ailleurs, les ventes de voitures électriques augmentent très vite. Certain.e.s constructeur.eue.s automobiles veulent arrêter de produire des véhicules à carburant fossile d’ici dix ans. Et bien entendu: même le train de nuit pour Lisbonne ne roule pas sans énergie.

La numérisation progresse rapidement à tous les niveaux, mais chaque saisie au clavier consomme beaucoup d’énergie. Il est donc évident que notre société s’électrifie de plus en plus, ce qui signifie que nous avons besoin d’énergie électrique renouvelable en grande quantité.

Toi aussi, tu peux faire une grande différence

Il est presque impossible de comprendre en détail le changement climatique et tous ses effets. Mais cela ne signifie pas qu’il faille attendre et espérer que la politique, les entreprises ou simplement les autres résoudront le problème. Chacun.e d’entre nous peut faire une contribution importante à la protection du climat. Tu n’as pas besoin de changer toute ta vie quotidienne. Collectionner des couvercles en aluminium n’est certainement pas une mauvaise chose, mais avec peu d’efforts, il est possible de faire beaucoup plus. Envie de quelques conseils?

  • Logement : Appelle aujourd’hui ton fournisseur ou ta fournisseuse d’électricité et passe à l’option 100% solaire (la meilleure solution en termes d’émissions de CO2), qui coûte un peu plus cher que le produit standard, mais représente une mesure très efficace sans limiter ton confort.
  • Mobilité : Si tu te passes déjà de posséder une propre voiture et que tu utilises les différentes offres de covoiturage, tu peux encore aller plus loin et ne louer que des véhicules électriques (et légers). Cela permet de réduire considérablement les émissions de CO2 liées à la conduite.
  • Voyage : Une certaine mobilité est inévitable dans notre vie quotidienne et ne t’inquiète pas, tu ne dois pas renoncer complètement à voyager pour protéger le climat. Il n’est pas toujours possible d’éviter de prendre l’avion, mais les trains et les bus sont bien sûr bien meilleurs pour l’environnement. Et si les vols au départ des aéroports suisses sont bientôt soumis à une taxe CO2 sur les billets, cela rendra les alternatives encore plus attractives. Dans ce domaine, tu peux être avant-gardiste.

Objectif net zéro d’ici 2050

La stratégie énergétique et climatique de la Suisse officielle formule l’objectif du net zéro d’ici 2050, la jeunesse engagée pour le climat exige que cet objectif soit atteint d’ici 2030. Nous avons tou.te.s le droit d’exiger ce genre de choses. Mais pour atteindre ces objectifs politiques ambitieux, il ne suffit pas seulement d’installer quelques mètres carrés de panneaux photovoltaïques par ici, de faire rouler quelques voitures électriques par là et de réduire un peu la quantité de viande consommée. Il s’agit d’une réorientation complète, et pas entièrement sans douleur, de notre société selon les objectifs du développement durable (société, économie, écologie).

Nous pouvons et devons exiger des mesures de la part de la politique et de l’économie, mais nous devons également y contribuer nous-mêmes. Avec le calculateur d’empreinte écologique du WWF, tu peux mesurer ta propre empreinte et découvrir où toi, personnellement, tu peux avoir le maximum d’impact en changeant les choses. Le 13 juin 2021, tu auras également une autre occasion de faire un geste pour le climat. C’est à ce moment-là que la réforme de la loi sur le CO2 sera soumise au vote. Merci de protéger le climat!

Article de Andreas Baumgartner

Sources: